Thérapie alternative

 

Le bonheur, on ne le trouve pas, on le fait. Le bonheur ne dépend pas de ce qui nous manque,
mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous possédons

Arnaud Desjardins

Le rôle du thérapeute

Le therapeute n'est pas le magicien qui va apporter d'un coup de baguette magique la solution a un problème. Il vous aide uniquement à prendre conscience de ce qui est déjà là.

En savoir plus...

Les bénéfices de la méthode

Modifier la perception de votre passé pour comprendre l’empreinte qu’il peut avoir dans votre vie présente et sur la vie de ceux qui vous entourent. Sortir de cette conscience horizontal du temps, qui se positionne entre un passé et un futur

En savoir plus...

Décembre 2017

Pour prolonger ce beau week-end partagé ensemble, envie de vous partager cette belle prière d’une chamane Bolivienne, Churla. C'est une prière qu'elle adresse au "Dieu océanique" (désigné ici par "Il" et "Le")
"Que le monde soit heureux, qu'Il me donne la force de me rencontrer, de rencontrer l'autre et de Le rencontrer en moi, autant que dans l'autre."Churla- "Kalawaya"
Dans le train avec de tendres réflexions sur l’intention de groupe:
L’être- Le détachement- La simplicité- La réconciliation- L’incarnation- La vulnérabilité- La présence à Soi-  La guérison- Le coeur joyeux- La transformation
Gracias                                                 
 Merci encore de me permettre d’être.
 D’être le service.
 Le Service, ce processus naturel. Tout est en inter-action dans la nature.
On est tous au service  les uns des autres. La réciprocité.
Le Service , c’est l’école de l’être, dans le détachement, dans la simplicité, naturellement, pour nous réconcilier avec la source, incarner la source, vulnérable, dans cette présence à Soi, pour que la guérison de l’âme s’opère , le coeur joyeux, pour la transformation.
La sensation
Qu’est qui fait la sensation?
La sensation appartient au coeur.
La qualité du coeur, disent les chinois, est un coeur vide. Dans cette qualité d'un coeur vide, relié au siège des émotions, on ne s'échappe pas de la vie, on la laisse nous enseigner avec cette capacité à vivre le présent avec tous nos sens .
Pour expérimenter la sensation il faut se mettre en danger. 
La sensation est amour. Aimer est un risque.
De ressentir demande de prendre un risque.
La sensation relève du coeur et  de l’esprit.
La sensation est vivante, à l’intérieur de nous, dans la compréhension du cœur, et non par la compréhension intellectuelle.. 
La vie est sensation. On est des êtres vivants. 
Tout est là au fond de nous, simplement dans l'attente qu'on le reconnaisse, qu'on le fasse émerger et qu'on le vive.
 La sensation elle existe dans la joie de vivre. Le coeur joyeux, au centre, vulnérable, pour laisser le mouvement de vie avec le danger.
Principe universel, le mouvement est porteur de changement, de transformation, de renouvellement
Le changement,  permet au meilleur d’émerger. Une ouverture au monde qui n'est plus un camouflage de nôtre manque à être, de cette absence de Soi à Soi, mais un réel désir d'échanges forts et vrais; des guérisons au niveau de l’âme.
 Quand on laisse à nouveau le mouvement de vie avec le danger, dans cette vulnérabilité, le changement qui s’opère c’est le passage de la conscience dirigé par l’égo, à la conscience dirigée par le coeur.
"Le calme et la quiétude, l'art du cœur, ce n'est pas la négation des mouvements et des réactions qui font la vie, c'est leur juste analyse, la tempérance qui éloigne des emportements, c'est le perpétuel rétablissement d'un équilibre fait de souffles et de sang , de chair et d'os, de sentiments et de pensées… »Mantak Chia
C’est simplement qu’en prenant le pouvoir sur nos vies, on perd la joie originelle. Prendre le contrôle de notre vie ne nous permet plus l’expérience, ce qui nous éloigne de la sensation. Cette voie entretient l’égo, le mental, la méfiance, la peur...
Ressentir créé alors, un sentiment de danger, qui nous met sur la défensive pour protéger notre territoire. Ressentir devient un effort fastidieux pour accéder à la source de  joie permanente, que sont les émotions quand on les laissent nous enseigner: le coeur joyeux, vulnérable. 
La vulnérabilité est cet état de sagesse du coeur, le coeur joyeux, qui entend  assumer en pleine conscience la richesse et l’intensité d’une vie affective , pleine de désirs, d’émotions, acceptant par évidence, aussi, la souffrance. Une voie plus adaptée à nos forces et à nos faiblesses qui repose sur l’humilité et la connaissance de Soi, l’expérience et le détachement, la souplesse et la flexibilité, la simplicité et la réconciliation, pour dans cette présence à Soi, la guérison de l’âme, incarner cet être multidimensionnelle que nous sommes, le coeur joyeux, pour la transformation.
Principe universel: tout existe avec ses 2 côtés
Quand l’égo reprend sa place c’est ce qui nous différencie des autres et permet de laisser le mouvement de vie même  avec le sentiment de danger qui peut  engendrer la peur, mais en toute confiance, du centre, dans le détachement, vulnérable. On fait du cœur un centre qui puisse recevoir toutes les informations en restant calme, centré, stable, constant, imperturbable (dans le sens de garder la tête froide); de rester serein; de reconnaître son pouvoir intérieur, pouvoir personnel et prendre appui sur cette force pour réagir. Dans cette qualité d'un coeur vide, relié au siège des émotions, n'échappons pas à la vie, laissons là nous enseigner dans cette capacité à vivre le présent avec tous nos sens .
Le chemin du cœur
La voix du coeur commence par la non dispersion de l'énergie qui est aussi la véritable concentration, dans cette présence de Soi à Soi .
Le centre est le repère, la référence interne qui permet de se situer, de savoir qui l'on est, ce que l'on veut, où l'on va.
Quand le jugement reprend sa place, c’est notre vision personnelle qui s’éveille avec compassion sur nos créations et surtout celles venir qui vont nous permettre d’expérimenter à nouveau nos blessures pour la guérison. 
                                               
L'équilibre existe naturellement dans le déséquilibre. C'est un mouvement permanent. Sans mouvement, il s'agit de maintient d'un point fixe, d'une tension. Il y a Dans l’équilibre il y a une notion d'ouverture , de prise de risque, d’avancée: principe de la marche.

Toute chose existe dans la dualité qui permet de faire exister le centre à partir duquel on peut s'organiser .

Dans l'esprit Qi Gong la notion d'abandon est équivalente à l’équilibre. Dans quelque domaine que ce soit la situation d'équilibre est obtenue par une disponibilité , une écoute, une vigilance, une action minimale pour compenser le déséquilibre sitôt son apparition décelée .

C'est dans la lumière de la présence que le Moi regagne sa juste place dans l'être, qui cohère avec le Soi et ne se quitte plus un seul instant. .Et c'est parce que cette cohésion de Soi à Soi est perpétuellement présente qu'il existe une permanence en laquelle toutes choses demeurent, où Féminin et Masculin se complète l'un l'autre afin d'amener l'équilibre spirituel, émotif et physique de tout notre être ..

 Atelier du 04 Décembre
                                                                                      

                            La source: simplement Être, Être en simplicité, s'aligner en Soi.                                   

L’univers est en nous?

Quand on reprend conscience que l’univers est en nous, quel bouleversement dans nos croyances avec la compréhension que ce que l’on voit à l’extérieur, c’est tout ce qui est en nous et dont on a pas pris conscience; tout ce qu’on a pas encore pardonné, acueilli; tout ce dont on dépend encore, et dont on a encore besoin parce qu’on ne l’a pas encore intégré; que ce n’est que notre projection inconsciente  afin de le voir consciemment. 
Comprendre que tant que l’on ne voit pas  la beauté en nous, alors cette beauté qui nous fait rêver  se transforme en désir plutôt qu’en un écho de notre monde intérieur, comme la laideur, tant qu’on ne la voit pas en nous déclenche de la peur, des émotions (énergies) qui à leur tour se projettent dans la matière… 

On est  tout: c’est le principe de la Source. On est tout ce que nous croyons émotionnellement être le bien, comme le mal.
Intégrer à nouveau que nous sommes la Source, de l’intérieur, c’est juste accepter sa laideur et reconnaître sa beauté intérieure. 
Ce n’est pas parce qu’on est tout que l’on devient parfait pour autant.  On a une idée fautive de la perfection, celle de devoir être toujours bien. Mais cela est impossible dans un monde de dualité. Le but n’est pas de devenir parfait, mais de pouvoir observer ce que nous croyions être le bien et le mal depuis le centre neutre, sans laisser une émotion nous diriger sur une seule voie (polariser le centre), une pensée juger l'un ou l'autre côté  (principe universel: une chose ne peut exister que par son opposé), et pouvoir passer ainsi de l'un à l'autre sans s'y faire piéger. Tant que l’on perçoit les mots/les situations avec un seul côté, ils deviennent émotions qui envahissent (polarisent) le centre, émotions réprimées. Dès qu’ils reprennent leur place, apparait les 2 côtés (ils se dépolarisent),  ils deviennent des fréquences, et se transforment en sentiment.                                                                                                                                                                        

Le monde extérieur de la matière n’a plus autant de pouvoir, n'est plus le seul monde connu qui capte toute notre attention : ce qui a été intégré ne se projette plus et prend beaucoup plus de valeur par la gratitude qui prend sa place. On remercie ces maîtres (situatio, personne) qui sont sur notre chemin, qui nous enseignent à reconnaitre notre égo, et les parties blessées de Soi qui s'y cachent .                                                       

Pour incarner ce centre neutre: cette connexion à Soi dans l’instant, dans la présence du corps (l’esprit incarné) qui nous permet la présence dans l’être.
 « Que le corps parle, que l'esprit écoute, qu'ils trouvent l'osmose et l'être cède alors à la plénitude, à la sérénité et peut tutoyer cette part de divinité enfouie au plus profond de chacun de nous ».
En nous  donnant le droit  de devenir qui nous sommes réellement , et qui nous voulons être; d’être esprit conscient ici et maintenant sans référence à aucune croyance, aucune projection, assimilation, dans un corps conscient et dans cette perception de Soi comme esprit (l’esprit incarné), on retrouve la simplicité pour accueillir  les informations telles qu’elles nous sont données dans l’instant. Du moment présent, de ce centre neutre, on ne peut qu'observer ce que transmettent ces informations, ce qu’elles pointent du doigt, ce qui ne va pas, ce qui «cloche», où qui n'est pas juste et qui crée de la souffrance, de la dysharmonie, et  dans un dialogue intérieur se rappeler que ces dysharmonies sont le reflet de nos souffrances intérieures en relations à notre passé, à nos mémoires passées. Puis avancer dans le nouveau pour voir ce qu’elles transforment, les croyances qu’elles nous permettent de laisser tout en étant en paix et en harmonie dans cette présence intérieure.
Dépolariser, transmuter.  L'Univers extérieur est toujours là, mais on ne s'y accroche plus, il devient plus léger, plus doux. C'est en nous que l’on doit dépolariser l'énergie, et non essayer vainement de modifier celle de « l'autre ».

Tout existe énergétiquement en nous, et se projette à l'extérieur si nous n'avons pas intégré ces énergies. C'est  sur les énergies qu'il nous faut travailler, et non sur les personnes/situations: plus on essaye de combattre l’ombre (l’égo est l’ombre du Moi, Osho), c’est à dire la personne/situation comme énergie, plus la personne/situation va refléter la réalité, être projeter hors de nous et nous mettre en difficulté (le tourbillon d’énergie qui envahit le centre). 

Alors le premier pas est de dissocier la personne/situation de l'énergie dont celle-ci se sert pour se faire voir.


Comment faire?                                                                                                                                                                                                                                          En se détachant énergétiquement (à partir de Soi dans la présence à Soi pour être présent à l’autre) pour ne plus l'alimenter: c'est le centrage, et puis en apportant de la lumière pour faire disparaître l’ombre en introduisant davantage de conscience.  On parvient ainsi à relativiser, à changer de perception, à élargir et éclairer notre vision. Le tourbillon affaibli peut alors nous traverser : on accueille cette énergie, et on l'intègre en la transmutant. Du centre neutre, elle peut fusionner avec notre Essence qui est non duelle.                                                                                                                                                                                                                           

La Source, c'est ce qui Est quand nous ne projetons plus rien, que nous avons intégré.
Nous sommes en conscience dans le moment présent en harmonie avec notre Moi Supérieur, et non plus  inconscient, dans les mailles de notre ego à nous débattre vainement dans un monde illusoire.

On  peut alors ce réconcilier avec notre égo qu’on juge toujours trop sévèrement alors qu’il a toujours fait tout ce qu’il peut pour nous aider, plutôt que de vouloir l’éliminer définitivement. C’est juste que sa maladresse et son côté tétu vient de ce qu’il ignore le monde de l’esprit. C’est dans le monde de la matière qu’il a été créé. C’est un grand peureux parce qu'il ne  connait pas le pouvoir de la pensée et de la bienveillance du Moi Supérieur.
Si on essaie de détruire notre égo avant d'avoir perçu cette parcelle de nous qui s'y cache, c'est une partie de nôtre être que l'on risque d’oublier, souvent une face cachée du Féminin blessée par son son expérience de vie et qui s'est réfugiée dans l'inconscient .    

Comment faire alors? Par l’expérience, en acceptant les leçons de vie, en éclairant nos peurs pour les laisser nous enseigner, plutôt que de les subir. En observant cette peur de nous-même pour nous redonner le droit d’exister.
L'ego devient alors un bel ami quand il a assimilé que tout ce qui nous arrive est pour notre plus grand bien, et déploie alors son énergie pour nous laisser en paix. La peur disparaît, mais lui ne disparaît pas. Il prend sa place et nous permet de nous différencier des autres,  avec lesquels nous sommes reliés. Ce n'est plus le maître, il laisse cette place à la conscience du coeur. C'est à nous de discerner ce qui, dans notre cœur, a la résonance de la Vérité. La Vérité ne peut être trouvée qu'au cœur de notre être.

Un chemin vers la paix intérieure, l'amour inconditionnel (dans l'ouverture du coeur , sans peur , sans...) .   On ne dépend plus de l'extérieur pour être heureux ou malheureux, notre état d’âme vient de l’intérieur. Mais cela ne veut pas dire qu'il faut s'isoler et rejeter le monde de la matière ! Ce monde merveilleux est là pour nous faire expérimenter la vie et il s'agit bien de s'y ancrer.                        

Pour tendre vers cet amour inconditionnel de soi, plus de souplesse avec soi-même, plus de flexibilité face aux situations qui nous sont données, pour nous rencontrer plus subtilement. Prendre du temps, régulièrement, pour apprivoiser cette ombre qui n'aspire qu'à retrouver sa propre lumière.                                                                                                                          Et pour tout cela, la pratique : ancrer, s'enraciner .                                                                                                                                                                                    Etre ancré, c’est être connecté à la terre; Les 2 pieds sur terre. C’est se sentir relié. C’est sentir cette connexion profonde qui existe entre nous et la terre, et être dans l’acceptation du moment présent . Ici et maintenant. 

 
 
 
Atelier du13 Novembre
 
Mon voyage dans la forêt
     Le voyage vers Soi  
         Voyage tourné vers l’intérieur 
             La reconnexion au corps , qui mène au delà de la dualité, de la séparation.                                                                                                                                                                                                                                          


"Dans une bonne partie de l’hémisphère nord, novembre est un mois plus sombre, un mois associé à l’obscurité et aux ténèbres. Au Québec, par exemple, il fera nuit en fin d’après-midi (17 heures, puis 16 heures). Cela surprend toujours un peu et demande une certaine forme d’adaptation. Mais, en acceptant de vivre en harmonie avec les cycles de la nature, nous découvrons que nous n’avons rien à craindre de cette obscurité (au sens littéral et au sens métaphorique).

Il y a quelque chose de sacré au plus profond de l’obscurité : c’est là que la nature se transforme et se régénère pour préparer la naissance d’une nouvelle vie. Nous-mêmes sommes nés au cœur des ténèbres, celles sacrées de l’Univers d’où les poussières d’étoiles émergent ; celles sacrées de la matrice de notre mère d’où nous sommes nés.
Le mois de novembre est donc la période de l’année idéale pour ralentir et pour s’intérioriser – au plus profond de nos racines intérieures, comme la sève qui est redescendue dans les racines profondes des arbres, en dormance pour quelques mois. ( Extrait du bulletin de Danielle Clermont)"

Vous me demanderez pourquoi prendre un extrait de Danielle Clermont pour partager mon voyage?.
Pourquoi aussi parler du mois de novembre?
Pourquoi s’intéresser aux saisons? 

Parce que, quand on les observe, on peut comprendre la vie et ses silences; que tout est passage, en perpétuel mouvement; tout est transformation, mort et renaissance. Elles nous permettent de mieux comprendre notre vie spirituelle ou chemin de vie, parce qu’elles sont à l’image de la nature dont nous faisons partie,
et résonnons à l’identique.
 
C’est dans la forêt que j’ai retrouvé cette connexion à la nature.
C’est cette vision de l’homme que nous propose ces traditions chamaniques, la philosophie chinoise. L’homme principe de ce tout, relié à l’univers, entre ciel et terre, au plus près des processus vitaux de la vie et du monde. Une approche plus holistique, plus unitaire du corps et l’esprit, qui fait toute sa place au corps.                                                                                                                                                                                                                                                          

De manière générale  le corps est en correspondance avec le physique, l’esprit avec la pensée.
C’est notre vision séparée du corps et de l’esprit, reflet de notre éducation, qui marque la différence  avec ces traditions. On doit être soit « spirituel » et oublier totalement son corps, soit « physique » et négliger sa spiritualité.
                                                                                                                 
  Penser le corps uniquement  comme corps physique ( comme quand on regarde une personne ou que l’on se regarde dans la glace), délimité par une certaine forme, dans un certain espace, corps anatomique ou physiologique (défini par la science), nous fait écho aussi bien à un corps animé qu’à un corps sans vie.

Le changement de vision du corps comme organisme à une vision du corps comme conscience, nous emmène dans une autre conscience. 
Merleau-Ponty le défini comme "le corps propre", qui délimite notre « intérieur » de l’extérieur du monde,  un corps qui nous permet de vivre en tant qu’êtres charnels et mortels, de ressentir désirs et émotions et qui nous renvoie à un corps vivant, l’esprit incarné, le lieu où naissent et se manifestent nos désirs, nos sensations et nos émotions, le moyen par lequel nous pouvons nous positionner, nous définir.

Dans cette vision plus « spirituelle" de l’individu, le corps est considéré comme un« véhicule ».
Un puissant véhicule et un magnifique temple sacré. Quand on lui redonne sa place, il peut devenir l’instrument des plus belles découvertes, sensations,  des plus belles manifestations et réalisations personnelles.
Dans cette compréhension que notre corps physique n’est autre que le véhicule de notre conscience, il est important de l’honorer.
Parce que souvent le corps est négligé, il est bon de redire que l'être intérieur a besoin du corps pour se manifester, que c'est grâce à lui que nous pouvons vivre sur terre, aller toujours plus loin dans notre expérience, et retirer des enseignements précieux. 

Alors Comment penser le corps ?
Etablir un autre rapport au corps pour une relation plus harmonieuse avec nous-même, avec les autres, avec la vie. 
« Personne ne peut désirer être heureux, bien agir et bien vivre, qu’il ne désire en même temps être, agir, et vivre, c'est-à-dire exister en acte ». «100 mots sur l’Ethique de Spinoza» de Robert Misrahi»
Cette action dans la réalité implique par logique celle de l’esprit, et donc, aussi celle de son sujet immédiat, le Corps.

Le corps ce qui nous permet de comprendre l’esprit dans la matière.
La présence au monde est le fait d'un corps humain."La présence au monde du corps propre est assumée par l'expérience perceptive". (Merleau-Ponty)
Le corps (le visible) signifie une manière d'être présent à soi par la conscience(l’invisible). 
La présence physique nous permet la présence dans l’être.
Notre corps est l'aspect le plus concret de notre vie incarnée. Nous formons un seul et unique organisme dans cette logique d'unité corps-esprit : ce qui s'améliore au niveau corporel, résonne aussi bien au niveau mental qu’émotionnel, et vice versa.
Tout ce qui se passe « énergétiquement » agit sur le corps physique et que tout ce qui se passe « physiquement » agit sur le corps énergétique. 

Le corps dans la pensée chinoise et les traditions chamaniques… L’homme est énergie

 L’homme est énergie, corps et esprit en même temps.
 Tout est énergie et nous sommes aussi des êtres d'énergie connectés au Tout. Et si nous considérons que chaque organisme vivant et donc chaque cellule de notre corps a elle aussi son énergie, on peut comprendre l'importance pour notre santé physique, mental et émotionnel, que toutes ces celleules nécessitent d'être dans leur plus haute énergie.

En élevant la qualité de notre énergie, autrement dit notre niveau de conscience ou notre niveau vibratoire, ce sont nos perceptions, notre sensibilité qui s'affinent et nous permettent de devenir réceptifs à d'autres réalités, parce que plus disponible. Un sixième sens se développe,  permettant de percevoir au delà de nos 5 sens. On peut entrer en communication avec des réalités du monde (autres dimensions) qui sont en résonance avec notre propre niveau vibratoire et qui ne peuvent pas être perçues dans notre réalité quotidienne (dans la troisième dimension), et s’ouvrir aux autres réalités et au développement de notre intuition, communication avec notre instinct.
                                       "Quand la raison se tait, l’instinct nous répond".           "Par l'infailliblinstinct le coeur soudain frappé Ne craint pas de retour, ni de s'être trompé» Méditation de Lamart                                                                                                                                                                                                     


Le corps est le lieu, la scène, le réceptacle et l'outil nécessaire des transformations spirituelles.
Le développement spirituel passe par le corps. "que le corps parle, que l'esprit écoute, qu'ils trouvent l'osmose et l'être cède alors à la plénitude, à la sérénité et peut tutoyer cette part de divinité enfouie au plus profond de chacun de nous".

Et si la spiritualité était tout simplement celle de se connaître soi-même comme esprit (l’esprit incarné), d’être esprit conscient ici et maintenant sans référence à aucune croyance, aucune projection, assimilation, dans un corps conscient. Si chacun d’entre nous se donnait le droit de devenir réellement ce que nous voulons être, alors la paix et l’harmonie intérieure serait beaucoup plus présente en chacun d’entre nous.
Puisque toute pensée et tout acte est vibration, et que l’évolution spirituelle n’est possible qu’en élevant sa vibration, il est important d’être en alignement avec nous-mêmes et de prendre soin de son corps à tous les niveaux  afin qu'il puisse s'ouvrir à toutes ces énergies. Un physique laissé à l’abandon est donc un véhicule qui ne peut nous emmener dans les hautes sphères de qui nous sommes réellement.

Dans cette conception "spirituelle" de l’être humain le corps est outil d’expérimentation, de perception, tout autant que de création, de croissance et de développement. En développant ces qualités, nous augmentons et affinons la conscience de nous-mêmes. Nous identifions nos deux voix, celle de l'égo et celle de l’Essence. Devenir de plus en plus conscients de ce qui se passe en nous et autour de nous. 

Pour l’atelier aujourd’hui:
Retrouver, se reconnecter à cette intelligence consciente du corps;
Remplacer nos réflexes conditionnés en en redonnant la place à nos réflexes naturels.
Pour cela laisser le corps réagir de lui même (le spontané) en débutant par le mouvement senti dirigé par l’intention qui donne le chemin.
Puis s’intéresser à comment le mouvement se réalise, et prendre conscience du corps dans temps présent.

« Si l’on ne sait pas ce que l’on fait, on ne peut pas faire ce que l’on veut »Moshé Feldenkrais

Regarder comment quand on parle du corps, on parle de l’esprit.

Conscience du mouvement, conscience de l’expérience vécue.
Où on va , c’est là où on est 

 

Atelier du 09 Octobre

  Le corps-esprit
  La présence au corps

 
Les cartes:                                     (La répression) La vacuité
                                          L’instant présent - La source - Lesuccès


Quand on parle du corps , on parle de l’esprit.
Notre nature véritable comprend aussi bien le corps physique que la dimension invisible.

 Nous avons dans notre société, une vision séparée du corps, de l’esprit et du monde. On définit le corps comme une réalité physiologique, l’esprit comme une réalité psychologique et le monde comme une réalité extérieure.
 Le Qi Gong ne sépare pas ces trois réalités ou entités... mais les considèrent simultanément. Tout mouvement est à la fois lié au corps, à l’esprit et à notre rapport au monde.
le Qi Gong, c’est l’art de se relier. Il nous permet de relier le corps et l’esprit dans cette présence au monde.

Le corps -esprit.
"De la conscience du corps à une incarnation consciente »

Etablir un autre rapport au corps pour une relation plus harmonieuse avec nous-même, avec les autres, avec la vie.
Le corps ce qui nous permet de comprendre l’esprit dans la matière.
La présence physique nous permet la présence dans l’être.
Notre corps est l'aspect le plus concret de notre vie incarnée. nous formons un seul et unique organisme dans cette logique d'unité corps-esprit : ce qui s'améliore au niveau corporel, résonne aussi bien au niveau mental qu’émotionnel, et vice versa.                                                                                                                                   

Le corps est présence au monde.

On est plus dans l’illusion ( la reproduction, la projection) on est dans la perception (la conscience, le sentir)
On est plus dans essayer de comprendre, on est dans les sens qui perçoivent.

Observez comment on parle aussi bien du corps  que de l’esprit.

Pour cet atelier 
L’attention ouverte et l’écoute de soi.
Dans notre société, c’est la tête qui dirige. Nous avons l’habitude de tout contrôler. Ce qui nous donne le sentiment d’être toujours entrain de travailler.
C’est contrôler qui demande beaucoup de travail.
Le seul  "travail" qu’il y aurait ce serait la vigilance à l’intérieur du mouvement. Dans cette présence à Soi, on est plus séparé du mouvement, on est dans cette unité corps-esprit, dans l’instant.
Retrouvons le plaisir dans cette présence à Soi.

- Le geste est déchargé de l’attente d’un résultat qui agite l’esprit, de la projection, de la volonté, dont la source est  le moi.
- Il est plutôt de l’ordre de la découverte que celle de la perfection. C’est l’intention dans l’Etre.

L’intention de l’action est maintenue mais l’attention est au présent de l’action. L’esprit est ouvert à toutes les chemins qui se  proposent par ce regard intérieur,  guider par  ses perceptions, son corps en mouvement, ses sensations internes, ses émotions.
Dans l’action c’est un chemin qui s’organise, plutôt qu’une succession de mouvement qui s’enchaîne, dans lequel la conscience éveillée permet à la personne de ressentir ce qui est juste ou pas,  en transcendant le mouvement. Améliorer sa perception et sa maîtrise du corps ouvre la possibilité de comprendre ce qui est profondément juste pour soi, au-delà des limites habituelles du mental, et par conséquent en s'affranchissant de l’ego. Se met alors en place cette pureté du geste.
C’est en faisant, que l’on comprend que tout, au lieu d'être une chaîne ininterrompue de mouvement, tout forme un courant, un flux.

Observez comment on parle aussi bien du corps  que de l’esprit.

"La transcendance c'est l’expérience au delà du perceptible et des possibilités de l’intelligible. Ce n’est pas une représentation mentale abstraite conçue par l’esprit, mais l’expérience d’une qualité qui est l’expression d’une réalité présente en soi-même" (wikipédia).
La pureté du geste n’est pas le résultat d’une réalisation exacte d’un mouvement mais relié à l’intériorité de la personne. Il ne s’agit pas d’une reproduction parfaite mais du chemin pour reproduire le mouvement.  Lorsque l'esprit se positionne au-delà de (ce qui est « trans »)  « au-delà » de l'action, c'est l'expérience du Soi intérieur, qui amène un sentiment de paix qui ouvre  un univers insoupçonné.

"Pour les anciens:Verbaliser l’expérience vécue dans le mouvement va permettre une prise de conscience plus subtile de ce même mouvement et le transformer. «    

                                        

 

 

Atelier du 10 Avril

Extrait du bulletin Avril 2016 de Daniel Clermont, astrologue canadienne.

                                                                                                        

Mars 2016, mois des éclipses, de l’Équinoxe et autre tempête cosmique, a tenu ses promesses ! L’intensité des vagues énergétiques fut exceptionnelle, non seulement par leur fulgurance, mais aussi par leur durée: ce fut presque du 24 sur 24, sans arrêt du 1er au 31 mars. Triple ouf !

Même si ce genre de cycle est particulièrement inconfortable (du moins, pour moi ce le fut), je crois qu’il est important d’apprécier l’extraordinaire opportunité de libération qu’il nous est donné et de remercier notre âme.

Parmi les grands paradoxes propres à l’époque où nous sommes incarnés, il y a celui d’être sur Terre lors d’une période si intense et si chaotique de grands bouleversants collectifs, qu’elle favorise nos libérations individuelles ; libérations individuelles qui, à leur tour, supportent l’élévation de la Conscience planétaire.

Quelle époque ! Avouez que ce n’est pas banal ni ennuyant (mais pas du tout) que d’être sur Terre en ce moment ! J’aime à penser que nous avons l’immense privilège d’être des explorateurs de la Conscience. J’aime à imaginer que nous faisons parti de l’équipage du Santa Maria de Christophe Colomb, embarqués pour un voyage vers l’inconnu, à la découverte d’un nouveau continent «multidimensionnel»… Perspective que je trouve des plus amusantes et des plus passionnantes, et qui aide à surfer sur les vagues lors des passages plus «secouants», plus difficiles. Non ?

Afin d’appréhender du bon pied la suite de 2016, il est bon de se rappeler le plus souvent possible que la grande majorité des inconforts et des symptômes ressentis sont en réalité de profondes purifications, libérations et transmutations de nos mémoires inconscientes. Il est rare qu’un passage sur Terre offre autant de possibilités de se transformer en si peu de temps, et pour ça nous pouvons être infiniment reconnaissants. Nos âmes ont œuvré dans toutes sortes de temps et dans toutes sortes de plans pour arriver à cette transfiguration lumineuse.

Souvenons-nous aussi que nous ne sommes jamais seuls dans ce processus. Nous sommes tous ensemble dans cette incroyable galère, ensemble sur le vaisseau Terre qui vogue sur une mer fort agitée et passablement tumultueuse. De plus, nous sommes constamment guidés par notre âme en tant que notre Sagesse Intérieure, et par toute notre équipe de Guides – pour ceux qui ressentent la présence des Êtres multidimensionnels… Et qui y croit. Sourire cosmique.

Il n’y a rien d’ésotérique dans cet énoncé. Indépendamment de la férocité de la tempête actuelle qui secoue la planète (et donc aussi chacun d’entre nous), logiquement, la seule destination possible est celle d’un rivage lumineux où nous serons plus conscients, plus légers, plus sereins et plus bienveillants♥

Maintenant, imaginant sans peine que vous avez hâte de connaître «la bonne nouvelle», je vous annonce que le ciel astrologique d’avril est bien moins chargé que celui de mars. Soupir de soulagement et clin d’œil cosmique.

Le calendrier de la météo astrologique d’avril 2016, présenté ci-dessous, montre clairement un ciel plus calme: aucune éclipse, aucun aspect majeur au degré exact, ni non plus de grands Portails énergétiques.

Par ailleurs, parce que 2016 est 2016, je n’irai pas jusqu’à vous annoncer qu’avril 2016 est un long fleuve tranquille. Il y a bien quelques nuances et quelques bémols à apporter, parce que si mars fut le mois des éclipses, avril est le mois des rétrogradations (planètes en mouvement stationnaire puis en mouvement rétrograde).

Rétrogradations ou pas, une chose est certaine: avril 2016, comme énoncé dans le titre de ce bulletin, est un mois qui nous offre un répit. Après un début d’année fort bousculant, en avril, nous aurons enfin la possibilité de faire des pauses et du temps pour reprendre notre souffle ; étape essentielle qui favorise un retour sur soi et une saine intégration des énergies des trois mois précédents…Le tout avec calme, sérénité et confiance.

Bon mois d’avril à tous♥

Si mars 2016 a été le mois des éclipses, avril 2016 est pour sûr celui des rétrogradations !

Chaque planète rétrograde apporte un climat introspectif, lent et contemplatif, voire une obligation de revenir profondément en soi afin de revisiter et de réexaminer avec un œil d’aigle tout ce que nous aurions tendance, autrement, à vouloir fuir. Avec cinq planètes rétrogrades (fin avril), pas besoin de dire à quel point l’ambiance de ce printemps 2016 sera plus « intérieure qu’extérieure ».

Par ailleurs, une ambiance intérieure n’est pas obligatoirement synonyme d’une ambiance lourde. Tout au contraire. C’est seulement si nous résistons à ces grands mouvements introspectifs que nous pourrions ressentir des lourdeurs.

En conclusion:

Avril 2016 est un beau mois! Parfaitement en harmonie avec la saison (le printemps dans l’hémisphère nord), voici le temps de compléter nos grands ménages intérieurs! Au niveau vibratoire et au niveau énergétique, imaginons que les trois premiers mois de 2016 furent comme une énorme tempête dont les vents puissants ont fait remonter beaucoup de poussière et ont fait virevolter à peu près tout ce qui est possible de bouger dans « notre maison intérieure ».

Le vent se calme (oui, oui) et ce grand cycle de rétrogradation propre au mois d’avril 2016 est là pour nous aider à rentrer dans la maison (entrer à l’intérieur de nous-même) afin d’y mettre de l’ordre… Un peu comme nous aurions à le faire dans notre demeure physique après le passage d’un ouragan (ou d’une tornade, selon). Clin d’œil cosmique.

Mais n’oublions pas l’image de l’éléphant et de la petite souris dans le magasin de porcelaine: allons-y tout en délicatesse! La maison de l’âme se refait une beauté tout en douceur, sûrement, lentement, avec une infinie patience et un amour désintéressé, exactement comme Mère Nature nous l’enseigne♥

____________________________________________________________________________________________________

 
 
Atelier du 14 Février
 
 
Lorsque l'on parle d'amour, le plus souvent on fait référence à un partenaire amoureux, à nos enfants, à notre famille, à une entité, c’est à dire à une forme pensée cristallisée dans la matière sous la forme d'une personne que l'on perçoit comme extérieure.
Nous disons, mon mari, mon épouse, mon enfant...Inconsciemment, il y a un sentiment de possession, mais surtout une attente de retour d'affection de la personne aimée. De cette attente dépend notre sentiment d'être heureux ou malheureux, notre joie ou tristesse... Cette façon consciente ou inconsciente de percevoir l’amour entraîne un l’attachement, dans le sens de dépendance, plutôt que dans le sens affectif,  à une cristallisation matérielle, un sentiment, une personne, une situation…
 
Mais tout est impermanence et changement, rien ne nous appartient vraiment
Le 14 février, c'est la saint-valentin. Au delà de l'aspect commercial, c'est l'occasion de mettre à l'honneur l’Amour, sur un niveau plus universel.
 
L’Amour est la force la plus puissante de l’Univers.
L’univers est abondance et Amour. Tout le reste est humain: restrictions, limites, peurs, jugements...
Dans le doute, dans la peine, dans les difficultés, l'Amour détient la solution.
L’amour, la compassion.
Il ne s’agit pas d’égo ou de narcissisme, «je suis le plus beau, le plus intelligent». Il s’agit du du respect de soi-même.
 
Parcequ'on se voit, on peut voir ce qui nous entoure.
C'est en regardant ce qui nous entoure , que ce soit les situations, les personnes, que l'on peut voir qui on est, où on en est, car elles sont justes le reflet de ce qui ce joue pour nous dans le moment présent.
Dans la compassion il y a la reconnaissance de ce qu’on a été, de ce qu’on est aujourd’hui et qui fera demain. Il y a aussi la légitimité de notre histoire.
C'est la source même de ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue.
 
 
_____________________________________________________________________________________
 
Mes voeux pour 2016
« Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve ». Saint Exupéry
 
Mon voeu le plus cher pour 2016, que vous matérialisez vos rêves, qu’ils deviennent réalité.
Que tous nos voeux de cette nouvelle année ne soient plus des paroles lancées dans le vent, mais plutôt la capacité d 'agir, de créer  dans le moment présent pour retrouver la liberté d’être.
 
Happy New year
        新年快xīn nián kuài lè .
              Feliz ano nuevo
                  Utzul mank’inal
                        Mosoi Watapi sumaj kausay 
                     Eku odun
                                   Geukkig niewjaar
                                           Arahaba tratry ny taora
                                                  Omaka tetcha oi"yokipi
Irake
Caroline

____________________________________________________________________________________________________

 

Atelier du 22 Novembre

Je vais laisser les mots aujourd’hui. Beaucoup de mots ont déjà été dits, beaucoup de controverses…Toute réaction est légitime, chacun suivant son histoire, sa conscience.

Pour cet atelier l’intention serait sur: Comment la pratique du Qi gong pourrait nous aider à traverser cette période.
La pratique nous permet de rester dans cette présence à Soi, de nous ancrer dans l’expérience de ce que nous sommes qui va nous permettre de ne pas laisser notre sentiment de sécurité dépendre de l’extérieur , mais nous permettre de nous sentir en sécurité en nous-même.
Dans cette responsabilité de nous même, nous trouvons l'autorité en nous-même. Autorité vient de auteur. Nous restons auteur de notre vie, des créateurs, des magiciens capable de transformer et construire avec les épreuves qui nous sont données.
                                                                                                                                                                                                                                                                       On ne dépend plus de l'extérieur, mais l'extérieur contribue à notre développement personnel.

Par l'approche de cette intelligence consciente qu'est le corps, et que nous propose le Qi Gong, savourons cette présence à Soi qui nous donne, comme le décrit si bien Henri Gougaud, « ce sentiment d’immensité qui nous convie au silence. Dans cette présence de l'être la pensée ne peut que s’effacer. Effacement qui n'est pas une négation, mais une expérience éveillée, plus intuitive.»

______________________________________________________________________

 

Atelier du 11 Octobre

Le corps, cette intelligence consciente

On sait qu’on a un corps parce qu’on en a conscience. Mais de quelle nature est cette conscience?. Est elle reliée aussi bien au corps qu’à l’esprit, séparément ou ensemble?. Est-ce qu’elle vient de la pensée, est-ce l’esprit qui la dirige?. Est- elle corporelle, peut elle être sensorielle?.

 Dans notre société la volonté consciente est trop souvent mis en avant. Elle donne le sentiment de contrôler sa vie, qui donne lui même le sentiment de liberté, d’être un citoyen de plein droit. Mais est-ce elle vraiment qui décide de nous conserver en vie?.

  On a oublié cette intelligence consciente qu’est le corps, confirmée par les actes quotidiens de la vie. Le coeur n’a pas besoin de notre intervention pour battre. On a pas besoin de penser à respirer, et heureusement pour nous. Tous les besoins physiologiques fondamentaux, ou fonctions vitales qui nous maintiennent en vie sans que notre volonté ne participe (comme la respiration, digestion..., ) sont pris en charge et gérés par le système nerveux autonome de notre organisme, indépendamment de notre volonté.

 Parallèlement à notre volonté consciente il existe donc bien une autre intelligence à l’oeuvre. Une intelligence (réflexes de préservation de la vie ou conscience qui résulte de la bonne activité du système nerveux, en particulier du cerveau, siège de la vie)qui n’obéit pas à notre,volonté.

 «Il y a plus de raison dans ton corps que dans ta meilleure sagesse» Nietzche. 

Le corps n’est pas seulement doué d’une intelligence qui lui est propre, mais également d’une volonté propre capable de se mettre en opposition avec notre volonté consciente. C’est un véritable esprit. La volonté ne nous résume pas. C’est seulement une partie de nous, et qui peut être contestée par la volonté que le corps peut lui opposer en somatisant, par exemple, les émotions qui vont traduire physiquement la réalité d’un conflit psychique que la volonté consciente ne peut/veut pas voir, ou reconnaître.  Le corps est comme une petite voix qui vient murmurer à notre intelligence ce que notre volonté ne veut/peut entendre. La plupart du temps la pensée domine le corps mais quand on redonne au corps son langage, on retrouve le sacré qui est en nous

 Par le travail du corps dans la pratique du Qi Gong, on ne se contente plus d’être un cerveau puissant qui néglige les sens, ignore son propre corps et fuit ses émotions, mais on favorise par l’ancrage au sol , la présence à soi. La présence est ce lien intime de soi à soi, et le lien de soi au présent. La présence au corps nous ancre dans le moment présent. L'enracinement nous rappelle à la réalité, au concret.Dans cette présence de l'être, la pensée ne peut que s'effacer. Effacement qui n'est pas une négation, mais une expérience éveillée, plus intuitive.

 «Quand vous devenez conscient du corps énergétique, ce qui se passe en réalité, c’est que l’intelligence devient consciente d’elle même. C’est cette «vie» insaisissable qu’aucun scientifique n’a jamais trouvé, puisque la conscience qui cherche la vie est en fait la vie elle même». Eckart Tolle

Pour la pratique:

Plonger sa conscience à nouveau dans le sentir du corps. S'approprier le mouvement spontané pour rentrer en conscience dans l'esprit conscient dans un corps conscient. Le corps conscientisé. C’est par la répétition que l’on peut retrouver cette intelligence du corps. Dans la répétition s’ouvre les chemins, les mouvements en priorité sur tout autre.

 La pratique nous permet, au delà de la répétition, d’accéder à la perception de cette intelligence du corps. Le corps humain est porteur d'une sagesse instinctive dont les possibilités sont aussi riches qu'insoupçonnables. Ce que nous percevons en périphérie ne passe pas par la partie consciente de notre cerveau, le cerveau gauche dans un processus intellectuel qui analyse, mais résulte de l'activation du cerveau droit, cerveau de l'intuition et de la synthèse, d’où la rapidité de nos réflexes devant une situation d'urgence, contrairement aux réflexes plus lents quand la menace se présente au milieu de notre champ visuel. Cette sagesse du corps résulte d’une perception globale immédiate. Retrouvons la confiance en cette intelligence consciente qu’est notre corps pour retrouver confiance en notre vie, dans une vision plus globale.

 Il n’y a pas de différence entre habiter son corps et habiter sa vie. «Regardez avec suffisamment d’amour que vous êtes non seulement une personne, mais une personne à l’intérieur d’un lieu et que ce lieu est encore vous-même»Henri Gougaud


 Article de l'atelier du 27 Octobre 2015

                                                                       Le corps conscientisé

«Veillez à ce que la conscience ne se sépare jamais du sentir de votre corps. Ne vous laissez voler par personne la sensation que vous avez de vous même. Défendez là contre l'oubli, notre pire ennemi, et les portes d'une nouvelle perception s'ouvriront en vous». Henri Gougaud

"L'école d'aujourd'hui est réellement la pratique de l'art d'être dans le moment présent et d'honorer ce qui arrive. Même si au plus profond de vous aimeriez que les choses soient différentes, que les choses changent, essayez d'honorer à tout moment ce qui est entrain d'arriver" (annales akashiques). C'est juste essayer d'apprendre de ce qui se passe, même si c'est inconfortable ou douloureux. Etre dans le moment présent, c'est vivre la réalité de chaque instant telle qu'elle se présente sur notre chemin, sans ressentir le besoin de l'éviter, de la combattre, de lui résister ou de vouloir la modifier. Il n'y a pas lutter, mais au contraire, cesser de lutter contre soi-même. Il y a seulement un effort d'attention.

Un bel outil pour pratiquer: l'école du centre. Développer en permanence un moyen d'instaurer un sentiment de calme à l'intérieur de vous. Vous vous retrouverez à être calme au cœur de la tempête.

Un bel allié, notre premier professeur, le corps.

La donnée première est le corps. C'est notre vérité de départ. Nous naissons dans un corps. Notre corps devance la pensée humaine. Le foetus se développe dans le ventre de la mère sans que l'intellect ne soit encore formé. C'est la base, c'est en lui que nous disposons de racines. On est notre corps. On est évidemment plus que ce corps, mais en premier lieu, on est notre corps.

Le but de cet atelier : aller à la rencontre de ce grand maître, le corps, qui a sa propre intelligence, et le laisser nous enseigner à nouveau. Retrouver le dialogue avec lui, chacun à son propre rythme. La sagesse orientale enseigne que le corps humain est porteur d'une sagesse instinctive dont les possibilités sont aussi riches qu'insoupçonnables. En elle réside une véritable science du mouvement et des gestes adéquats. Elle ne puise pas son inspiration dans l'acquisition intellectuelle, ni dans un processus analytique du cerveau gauche, mais résulte de l'activation du cerveau droit, cerveau de l'intuition et de la synthèse. Elle résulte d'une perception globale immédiate et est appelée par certains auteurs " perception holistique.

Le but n'est donc pas de reproduire des exercices codifiés, comme un automate, mais d'aborder le dialogue avec le corps, à travers une intention et un mental particulier pour observer les chemins. En relaxant le corps, le corps se met en évidence. Par delà du corps, le corps existe lui même. «se mettre en évidence», c'est permettre au corps de dépasser le contrôle, les attentes du mental, d'être libre de bouger à son rythme, porté par sa propre force et son propre temps (le spontané dirigé par l'intention). Alors le mental se place au dessus du corps, néanmoins l'immobilité intérieure (la présence à soi) le surveille. Il existera autant de chemins que de personnes différentes. Il n'y a pas une façon, il y a des histoires de vie.

                                                        Observez comment quand on parle du corps on parle de l'esprit.

Ce dialogue va développer une écoute particulière des mouvements exécutés par le corps, une compréhension qui développe une autre perception, et créer un véritable dialogue, une véritable complicité avec ce grand maître: le corps.

L'harmonisation de ces mouvements permettent de percevoir des connaissances plus précises de l'enseignement que nous recevons de la vie suivant notre positionnement dans notre histoire de vie. La présence à soi permet simplement une plus grande clarté des choses qui nous mènent à notre changement.

Les outils

Le Reiki

Quand nous manquons de présence , notre vie est traversée par l’absence. Il n'y a pas de distance à parcourir pour aller vers soi. La distance est une illusion.

En savoir plus...

La kinésiologie

C'est dans les années 60 aux Etats Unis que le Dr Goodheart, chiropracteur développe cette méthode en se basant sur les découvertes de la médecine occidentale et sur les principes de la médecine traditionnelle chinoise.

En savoir plus...

Soins énergétiques

Dans ce contexte de tension et de stress que nous impose le monde moderne, la médecine chinoise, médecine naturelle, permet de retrouver, de rééquilibrer notre corps, esprit et de renouer avec la santé, le calme et la sérénité qui nous font tant défaut.

En savoir plus...

Contact

Carolyn Behlow

Email: carolinebehlow@gmail.com

Website: www.cheminsinterieurs.com

les nouvelles

Bonjour à tous.                                                                                                                                                          

Pour le prochain atelier de Qi Gong Naturel on se retrouve le Dimanche 08 Juillet 2018. A bientôt

 


 

 

 

 

plume